Marchés

Italie

La capacité commerciale offerte aux acteurs de marché (NTC) atteint jusqu’à 3 459 MW en export sur certains pas horaires, soit 309 MW de plus qu’en 2015. Ceci est permis par la mise en place d’une nouvelle méthodologie dite coordonnée de calcul des capacités d’échanges aux frontières nord-italiennes, effective depuis le 1er février 2016, dans le sens France vers Italie.
Le solde des échanges franco-italiens reste très exportateur et s’établit à 16,5 TWh, même si les exports français vers l’Italie se réduisent en fin d’année. L’interconnexion est plus sollicitée dans le sens import, avec 815 heures importatrices contre 103 heures en 2015.
La frontière est moins saturée qu’en 2015 (69% du temps contre 87% du temps en 2015).

Au printemps et en été, l’Italie doit limiter ses importations les jours de faible consommation. En effet, au vu de l’importance de sa filière solaire, elle doit maintenir en activité suffisamment de groupes thermiques capables de moduler leur production et d’assurer la stabilité de son système électrique.