Production

Le parc progresse de près de 1 700 MW

+2 200 MW pour le parc renouvelable

En France métropolitaine, la capacité des installations de production d’électricité progresse de 1 699 MW (+1,3%) par rapport à 2015 et atteint 130 GW en 2016.

Puissance installée au 31/12/2016 Puissance MW Evolution par rapport au 31/12/2015 Evolution MW Part du parc installé
  Nucléaire 63 130 0,0% 0 48,3%
  Thermique à combustible fossile 21 847 -2,2% -488 16,7%
  dont charbon 2 997 -0,3% -10 2,3%
  dont fioul 7 137 -16,0% -1 359 5,5%
  dont gaz 11 712 8,1% 881 9,0%
  Hydraulique 25 482 0,2% 51 19,5%
  Eolien 11 670 13,0% 1 345 8,9%
  Solaire 6 772 9,3% 576 5,2%
  Bioénergies 1 918 12,6% 215 1,5%
  Total 130 818 1,3% 1 699 100,0%

Cette augmentation est portée par le développement des énergies renouvelables (+2 188 MW) qui compense largement la réduction du parc thermique à combustible fossile (-488 MW). Le parc fioul diminue en raison de la fermeture des deux groupes d’Aramon (685 MW chacun). Par ailleurs, le groupe CCG de Bouchain d’une puissance de 563 MW a été couplé au réseau public de transport en janvier 2016.

Energie et puissance : quelle différence ?

Mieux comprendre la différence entre puissance et énergie

La puissance (en watt, symbole W) d’un moyen de production mesure sa capacité à délivrer une quantité d’énergie par unité de temps. Le wattheure (Wh) est utilisé pour quantifier l’énergie délivrée : 1 Wh correspond à l’énergie produite par un moyen de production d’une puissance de 1 W pendant une durée d’une heure (1 W × 1 h).
Outre le kilowatt-heure (kWh = 103 Wh), de plus grands multiples du watt-heure sont souvent utilisés lorsqu’il est question de production électrique : le mégawatt-heure (MWh = 106 Wh), le gigawatt-heure (GWh = 109 Wh) ou encore le térawatt-heure (TWh = 1012 Wh). L’énergie consommée en une heure correspond à la puissance appelée pendant cette durée de temps.

Production totale de 531,3 TWh, en baisse de 2,8%

La production totale d’électricité en France atteint 531,3 TWh, soit une diminution de près de 3% par rapport à 2015. Cette baisse s’accompagne d’une forte baisse du solde exportateur (-34,8%).
La baisse de la production d’électricité en 2016 s’observe principalement au niveau des filières fioul, nucléaire et charbon. La production gaz augmente (+59%) en conséquence. Dans un même temps, les conditions pluviométriques favorables couplées à l’essor du parc ont engendré une augmentation de la production renouvelable.

Energie produite TWh Variation 2016/2015 Part de la production
Production nette 531,3 -2,8% 100,0%
Nucléaire 384 -7,9% 72,3%
Thermique à combustible fossile 45,9 +33,4% 8,6%
dont charbon 7,3 -15,4% 1,4%
dont fioul 3,3 -13,1% 0,6%
dont gaz 35,3 +60,8% 6,6%
Hydraulique 63,9 +8,2% 12,0%
dont renouvelable 59,2 +9,1% 11,1%
Eolien 20,7 -1,8% 3,9%
Solaire 8,3 +11,3% 1,6%
Bioénergies 8,5 +6,3% 1,6%
dont renouvelable 6,5 +7,4% 1,2%

La répartition de la production reste globalement inchangée en 2016. On note que la production d’origine nucléaire représente 72,3% de la production d’électricité totale, le plus bas niveau depuis 1992.

Et demain, quelle production?

Le vent, les courants liés aux marées, les vagues… ces sources d’énergies marines offrent un grand potentiel. Leur intégration dans le système électrique contribuera à la réussite de la transition énergétique et au développement d’une nouvelle filière industrielle. Découvrez comment RTE et ses partenaires relèvent des défis pour raccorder ces nouvelles sources de production sur le MAG RTE&Vous.