Réseau de transport

Faits marquants 2016

Réhabilitation de la liaison 400 kV Lonny – Seuil – Vesle

L’année 2016 a été marquée par l’aboutissement du projet de réhabilitation de la liaison 400 kV Lonny – Seuil – Vesle.

Reliant les agglomérations de Reims (Marne) et Charleville-Mézières en passant par Rethel (Ardennes), la reconstruction en double circuit de cette liaison très haute tension a été motivée par la nécessité de renforcer l’alimentation électrique du territoire, à la fois pour répondre au développement économique régional mais aussi pour faciliter l’essor des énergies renouvelables. En effet, la région Grand Est représente près de 25% des capacités éoliennes en France, avec près de 1 500 MW en file d’attente.

Les travaux de construction de la nouvelle ligne ont commencé en février 2015 et se sont achevés avec la mise en service de la ligne en septembre 2016. Le démontage de l’ancienne ligne a commencé en octobre 2016 et s’échelonnera jusqu’à fin 2017.

Création d’un poste 400/225 kV à Limeux

Compte-tenu des zones de développement de l’éolien (ZDE) prévues dans le département de la Somme, des renforcements du réseau haute et très haute tension (HT et THT) sont nécessaires pour faire face aux fragilités observées au niveau de l’alimentation électrique et de l’accueil des énergies renouvelables. C’est pourquoi un nouveau poste électrique 400/225 kV a été créé à Limeux, avec en particulier l’installation d’un autotransformateur de 600 MVA et le raccordement du poste 400 kV à la ligne Argœuves – Penly. Sa mise en service a eu lieu au mois de mai après trois années de concertation et plus d’un an de travaux.

En parallèle, une nouvelle liaison 225 kV aéro-souterraine de 29 km a été mise en en service entre le nouveau poste de Limeux et le poste existant de Blocaux, à Gauville (Somme), permettant de sécuriser l’alimentation électrique autour d’Amiens et de favoriser l’accueil de production éolienne sur le territoire.

Expérimentation du « Poste nouvelle génération »

Cette expérimentation prend la forme de deux sites démonstrateurs à Blocaux et Alleux dans la région d’Amiens. Grâce à l’apport des technologies numériques et optiques, la solution proposée permettra d’optimiser l’utilisation des réseaux existants (RTE et Enedis). Cette solution est construite autour d’un réseau de communication perfor­mant et d’une solution de cybersécurité à la mesure des enjeux.

Le « poste nouvelle génération » améliorera l’exploitation du réseau et permettra par exemple d’ac­célérer le retour à une situation normale suite à un défaut. Il s’adaptera aux conditions climatiques afin d’optimiser les capacités des ouvrages, grâce notamment à la technolo­gie Dynamic Line Rating qui permettra de réévaluer la capacité des lignes en temps réel, en fonction de la vitesse du vent pour s’adapter à l’intermittence des énergies renouvelables.

Enfin, les opérations de maintenance du réseau seront optimisées avec un accès distant aux installations permettant leur configuration, leur supervision et leur surveillance.

Ce projet, dont les premières mises en service ont eu lieu en mai 2016 se poursuivra en 2017 avec la phase de retour d’expérience qui permettra de statuer sur les modalités de déploiement de ces technologies innovantes sur d’autres zones.

 

poste_new_generation

 

Le projet est mené par un consortium regroupant 6 industriels français* sous pilotage de RTE. Il s’étend sur la période 2013-2017.

Il a été validé en 2012 par le Commissariat Général d’Investissement comme faisant partie des programmes d’investissements d’avenir et est suivi et subventionné par l’ADEME.

(*) General Electric, Alcatel-Lucent, Schneider, Neelogy, Enedis et l’ADEME

Création d’un échelon 400 kV à Plan d’Orgon pour sécuriser l’alimentation électrique du Vaucluse

Le département du Vaucluse est alimentée principalement par les injections 225 kV des postes de Bollène, l’Ardoise, Jonquières et Plan-d’Orgon.

Les besoins spécifiques de l’alimentation électrique du client ITER nécessitent d’exploiter en tension 400 kV la liaison 225 kV actuelle Boutre – Plan-d’Orgon – Tavel, ce qui a pour conséquence de supprimer l’injection 225 kV de Plan-d’Orgon qui est raccordé sur cette ligne. C’est pourquoi la reconstitution d’un point d’injection 400/225 kV pour l’alimentation électrique du Vaucluse s’est avérée nécessaire.

La création de l’échelon 400 kV au poste de Plan-d’Orgon permet ainsi de garantir l’alimentation électrique du Vaucluse mais également de structurer le réseau 225 kV afin de le rendre plus indépendant des conditions de production dans les Bouches-du-Rhône.

Création du poste 225/63 kV d’Orvault pour renforcer l’alimentation électrique de Nantes

Le dynamisme de l’agglomération nantaise se traduit par une forte croissance de sa population. La consommation d’électricité augmentant en conséquence, cela entrainait une saturation du réseau alimentant l’agglomération, empêchant de raccorder dans les meilleures conditions les postes sources envisagés par Enedis. Une adaptation du réseau à haute et très haute tension était donc nécessaire pour renforcer et sécuriser durablement l’alimentation électrique de cette région.

Fin 2016, la mise en service du poste 225/63 kV d’Orvault, ainsi que son raccordement à la ligne 225 kV Cordemais – Saint-Joseph, marque l’aboutissement de ce projet débuté dès 2010.