Territoires et régions

L’équilibre entre production et consommation

Par son maillage, le réseau de transport permet de mutualiser les ressources de production d’électricité pour répondre aux besoins de chaque territoire.
Les régions les plus importatrices sont l’Île-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté, la Bretagne et les Pays de la Loire. L’approvisionnement en électricité de ces régions passe par des flux importants en provenance des autres régions, en transitant par les régions limitrophes dans le cas de la Bretagne par exemple. Ces échanges sont assurés pour l’essentiel par le réseau public de transport.

3-solidarite-regionale-bon

Deux régions importent sur l’année à peu près autant d’électricité qu’elles n’en exportent : Hauts-de-France et Occitanie. Ce bilan annuel, en apparence équilibré, masque des échanges qui peuvent être fortement importateurs ou exportateurs tout au long de l’année. Par ailleurs, des flux importants existent au sein de ces territoires de grande superficie, entre les anciennes régions Poitou-Charentes et Limousin par exemple. Ces flux sont là aussi acheminés par les réseaux publics d’électricité. Les régions en excédent ou à l’équilibre de production sont celles accueillant sur leur territoire des groupes de production nucléaire.

La fréquence électrique, indicateur d’équilibre du réseau

La fréquence correspond au nombre de répétitions d’un phénomène dans le temps. Appliquée à l’électricité, elle se mesure en hertz (Hz). La fréquence électrique correspond au nombre de fois où le courant alternatif change de sens en une seconde. Pour le système électrique européen, c’est un indicateur essentiel de pilotage. Pour en savoir plus sur lien entre la fréquence, l’offre et la demande d’électricité, rendez-vous sur le MAG RTE&Vous.